• A propos de l'opérette.

    Certains d'entre vous m'ont reproché, ou en tout cas déploré, mon goût pour l'opérette.

    La principale accusation étant d'ordre musical et vocal.

    J'en suis d'accord, musicalement et vocalement la plupart des opérettes sont faibles. S'il n'en fallait qu'une preuve ce serait que même des interprètes non chanteurs professionnels sont capables de les interpréter (voir les cas de J-M. Proslier ou même Raimu récemment).
    Mais je m'en moque ! Moi, ce qui me séduit dans l'opérette c'est le côté guilleret de la chose : ça ne se prend pas au sérieux, c'est pour s'amuser et rigoler. Et, ça, j'en ai besoin.

    L'un d'entre vous m'a envoyé cette vidéo comme « critique/illustration », je vous la passe bien volontiers car moi aussi elle me fait marrer :

    Remarquons d'abord, mais c'est accessoire, que ça ne parle pas de l'opérette mais plutôt des chansons des années 30 et 40. Ça ne change rien : j'aime aussi, et pour les mêmes raisons.

    Plus généralement, il y a une chose dont je me méfie depuis mon adolescence, c'est « l'esprit de sérieux ».
    Ça m'a pris à la lecture de Blaise Pascal, auteur que j'aime bien et dont certaines phrases me vont droit au cœur. Sauf que globalement c'était un con fini ! Complètement englué dans une idéologie lamentable et mortifère, et je ne parle pas de ses phobies (saviez-vous qu'il ne supportait pas le bruit d'un robinet qui fuit, parce que ça lui évoquait le sexe ?!) !

    L'esprit de sérieux est une bonne chose, mais s'y restreindre est une catastrophe. Donc je ne m'y restreinds pas.

    De plus, dans tous les genres musicaux, voisinent des merdes absolues et des chefs-d'œuvre.
    Dans l'opérette bien sûr, mais aussi dans l'opéra, dans la musique "classique", dans la chansonnette, etc.

    Je ne me reconnais pas dans le vieux ringard du sketch des Inconnus : j'aime certains vieux trucs, vous le verrez dans les prochains articles, mais j'aime aussi des trucs nettement plus élaborés.
    Soyons nets : dans cette rubrique, j'ai déjà évoqué Pergolèse, Ligeti, Mylène Farmer, Frehel, Verdi, Hervé, Puccini, etc. et ce n'est pas fini.

    J'assume totalement ces choix hétéroclites.
    À vous ensuite de faire le tri, sans vous laissez rebuter (je l'espère) par trop d'a priori : vous risqueriez de rater des chefs-d'œuvre.

     


    Tags Tags :
  • Commentaires

    1
    Samedi 20 Avril 2013 à 20:38

    coucou Leoned, je respecte els gouts de chacun et à titre perso aime certaines opérettes aussi, il faut avoir l'esprit ouvert et ne pas rejeter en bloc, dans chaque chose on peut trouver un truc qui interesse, bises et bon we

    2
    Mardi 23 Avril 2013 à 20:13

    Moi qui ai frequenté de tres pres les operettes et les operas, je peux dire que si certaines operettes me saoulaient d'autres m'ont donné beaucoup de joies, de plaisir et de rire.(Pas pendant les representations , quoi que...j'ai un souvenir...:)) Un chanteur d'operette doit avoir d'autres qualités que celui d'opera. La voix est moins grande, moins solide mais il n'est pas donné à tout le monde de chanter correctement Mexico ou la Belle de Cadix...Je rappelle que même un chanteur d'operette n'a pas de micro, qu'il doit passer l'orchestre tout comme un chnateur d'opera , mais comme l'orchestre est plus léger pour l'operette c'est en adéquation avec la voix des chanteurs...Mais certaines operettes "classiques" comme Ciboulette ou les Mousquetaires au couvent ou Veronique ou La Perichole sont à mi chemin entre l'opera et l'operette.

    Je suis d'avis que le serieux c'est bien mais rire est souverain.Quand une operette est bien montée, bien chantée , bien interpretée, je la prefere à un opera de basse zone.Heteroclite aussi, na! 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :