• Histoire (que j'imagine) d'une affiche.

    AUDREY-VERNON

     

     

    Voici l’affiche d’un spectacle (« one woman show ») de la comédienne Audrey Vernon donné au Théâtre du Petit Gymnase ces temps-ci. Je n’ai pas vu ce spectacle, mais j’aimerais qu’on analyse son affiche.


    Premier élément, en rapport avec le titre du spectacle, le fond de l’affiche imite un billet (qu’on imagine une grosse coupure, voir en bas à droite) en dollars. Logique.

    Deuxième élément, Audrey Vernon s’y présente en tenue – pour le moins –  légère, même si sa tenue évoque une robe de mariée : y’a que le bas ! Notons aussi, pour renforcer l’idée de mariage, qu’elle tient « un bouquet de mariée » dans sa main droite.

    Troisième élément, son regard en coin et son petit sourire. Pas dupe, la nana ! Elle sait très bien ce qu’elle fait.

    Quatrième élément, et sans doute le plus important, elle cache un endroit stratégique de son anatomie au moyen d’un (célèbre) magazine économique, même si c’est un faux !

    Parlons d’abord du cache. La première de couverture reprend le titre du spectacle, comme si c’était le genre de Une d’un tel magazine, et l’accompagne d’une photo de jeune femme avec un décolleté provoquant. La quatrième de couverture, elle, nous présente une fille style pin-up des années 50, aussi bien dans la pose que dans le « vêtement ».

    Parlons maintenant de l’endroit où elle le tient (ô combien innocemment !). La photo est prise de telle sorte qu’on peut facilement envisager derrière une nudité complète.

    Résumons : c’est un piège à milliardaire ! Ce dernier, attiré par le titre de la revue qu’il consulte régulièrement, voit soudain la Une, et s’il est vieux, la dernière page et se précipite sur l’appât ! Hop ! ferré le bonhomme vu ce que ça lui fait découvrir.


    Maintenant soyons sérieux, je ne sais pas qui a conçu l’affiche, mais il y a une chose dont je suis sûr c’est qu’Audrey Vernon est complice (croyez moi ce n’est pas une sotte [1] !). On a donc ici un exemple typique d’une affiche volontairement provocante (pour attirer le chaland) et, simultanément, totalement signifiante : elle résume l’argument du spectacle.


    Difficile de faire mieux !

     


    [1] voir par exemple ces extraits de l’émission « Ce soir ou jamais » de Taddeï du 16 Mars 2011 : http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=egw2IXv1SHM          [retour au texte]


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :