• Horreur

    J’ai écrit le texte qui suit courant 2006 en plein pendant la période de lutte des mômes contre le CPE. J’étais alors prof de Math en Collège de ZEP. J’ai toujours pas digéré. Je vous le fais lire, même si c’est « out of date ». Ça m’explique :

    – Monsieur, vous, vous êtes pour ou vous êtes contre le CPE ?
    – Dis, à ton avis Sandrine, si le CPE est retiré, qu’est-ce que tu y gagneras ?
    – Ben, on aura des CDI.

    D’abord, bien sûr, le CPE est « un CDI ». Mais ce n’est pas là le principal :

    Sandrine est une môme de 15 ans, d’un quartier peu favorisé, en 3ème. Douée la môme, mais sans réelle ambition : elle pourrait le lycée et le bac, mais son horizon c’est vendeuse en boulangerie. Son projet c’est vite la « vie active ».
    Elle n’aura que peu de formation.

    Elle vient de faire un mini-stage, d’une courte semaine, en boulangerie justement.
    Elle avait du mal avec la caisse enregistreuse : « Heureusement que je suis bonne en maths, pour rendre la monnaie ça m’aidait … ». Elle rougissait d’avoir à s’adresser à des clients. Elle ne supportait pas que lesdits clients ne lui disent pas « Bonjour », alors, à l’un, elle a répondu, le client est sorti sans acheter.

    A votre avis, lors de son premier emploi « pour de vrai » ce sera quoi son contrat ?

    Un CDI, comme elle le croit ?
    Un CDD ?
    Un stage, plus long, mais sous-payé, « pour voir si elle est apte à ce travail » ?

    Devinez …

    Je prends cet exemple, anecdotique et marginal, parce que, malgré tout, il est représentatif : c’est ça qu’ils croient les mômes qui se battent actuellement.
    Que s’ils gagnent, et ils ont quasiment gagné, si le CPE est abrogé, ou s’il est, comme ça en prend le chemin, vidé de toute substance et donc condamné à n’être pas utilisé, que donc s’ils gagnent, ils auront droit à des CDI, à de beaux et durables CDI.

    Tu parles !

    Au mieux, la situation étant de nouveau bloquée, ce sont les stages à répétition et les CDD qui les attendent.
    Au pire, ce sera un vrai système libéral : pas de contrat du tout. Du moins, pas de contrat cadre, du contrat négocié en local. Avec des mômes sans défense et sans connaissance.

    Parce que je suis bien tranquille, les fils de bourges, ceux qui sont descendus dans la rue les premiers, qui eux auront une qualif’, qui eux auront les connaissances juridiques, ou un papa syndiqué, eux ils les auront leurs CDI, comme maintenant.

    Mais les petits mômes, hein ?

    Alors, moi, ça fait trois semaines au moins que j’ai la nausée.
    La nausée de voir la « gauche » (politique ou syndicale) tenter de se refaire une santé en mentant aux mômes. En leur laissant croire que l’alternative est entre CPE et CDI. En ayant choisi de défendre ses fils et ses filles et tant pis pour les autres.

     


    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    1
    Lundi 28 Janvier 2013 à 20:11

    Comme quoi un bon blog n'a pas besoin de photos !

    J'aime de plus en plus ces billets d'humeur, sur mon blog et ailleurs. Et j'ai de plus en plus la gerbe devant les blogs de "partage"...

    A+

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :