• St. Louis blues.

    par Bessie Smith (1929).

    Retour vers les vieilleries et avec joie. Je vous ai déjà causé de Bilie Holiday, mais y'a encore plus puissant : Bessie Smith !

    Bon, je vous mets ce titre parce que là j'ai une vidéo, mais vous pouvez tout écouter d'elle : c'est une géante !

    La vidéo est en deux parties[1], seule la deuxième est vraiment musicale mais je vous mets aussi la première d'une part pour vous donner le contexte, mais aussi pour vous montrer que les occupations de halls d'immeubles par certains, c'est pas récent ![2]

    Et comme je suis dans un jour de bonté, je mets les paroles en plus.

     

     

     

     (YouTube)

     
    I hate to see the ev'nin' sun go down

    Hate to see the ev'nin' sun go down,
    'cause my baby, he done left this town

    Feelin' tomorrow like I feel today
    Feel tomorrow like I feel today,
    I'll pack my trunk, make my getaway

    St. Louis woman with her diamond rings
    Pulls that man 'round by her apron strings,
    't'want for powder and for store-bought hair

    The man I love, would not gone nowhere,
    got the St. Louis blues just as blue as I can be
    That man got a heart like a rock cast in the sea,
    or else he wouldn't have gone so far from me

    Been to the gypsy to get my fortune told
    To the gypsy, to get my fortune told,
    'cause I'm most wild about my jelly roll

    Gypsy done told me, "Don't you wear no black"
    Yes, she done told me, "Don't you wear no black,
    go to St. Louis, you can win him back"


    (.../...)           


    Help me to Cairo, make St. Louis by myself

    Gone to Cairo, find my old friend Jeff
    Goin' to pin myself close to his side,
    if I flag his train, I sure can ride

    I love that man like a schoolboy loves his pie
    Like a Kentucky Colonel loves his mint and rye1
    I'll love my baby till the day I die

    You ought to see that stovepipe brown of mine,
    like he owns the diamond Joseph line
    He'd make across-eyed old man go stone blind

    Blacker than midnight, teeth like flags of truce
    Blackest man in the whole St. Louis
    Blacker the berry, sweeter is the juice

    About a crap game, he knows a powerful lot,
    but when work time comes, he's on the dot
    Goin' to ask him for a cold ten spot,
    what it takes to get it, he's certainly got

    A black-headed gal make a freight train jump the track
    Said a black-headed gal make a freight train jump the track
    But a redheaded woman makes a preacher ball the jack

     

    _______________________________________________________________________________________________

    [1] Je l'ai trouvée en un seul bloc sur DailyMotion mais avec une qualité tellement épouvantable que je préfère ne pas la mettre !          [retour au texte]

    [2] J'aime tellement ce film que je ne peux m'empêcher de vous donner d'autres précisions :
    Bessie Smith a d'abord enregistré ce titre en 1925 (avec Louis Armstrong derrière !), énorme succès :         

    Le film est tourné en Juin 1929 sous la direction musicale de W. C. Handy l'auteur du titre (« the father of  the blues »),
    Jimmy (le sale mec, « the pimp » = le mac) est joué par Jimmy Mordicai et l'autre nana par Isabel Washington Powell,
    réalisateur : Dudley Murphy, musiciens : James P. Johnson au piano et Thomas Morris et Joe Smith au cornet, plus le Hall Johnson Choir pour le background.          [retour au texte]


    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :